Index du site > Association nationale > Devoir de Mémoire : 14 juillet 2012


Le 14 juillet 2012,

les Plus grands invalides de guerre

ont ravivé la Flamme

Dans cet hommage rendu aux victimes de toutes les guerre, les PGIG étaient assistés d'une vingtaine d'élèves de la classe de troisième de l'institut St-Charles La Providence de Montpellier, encadrés de quatre accopmpagnateurs. Nos hôtes ont rédigé un compte rendu  à consulter en cliquant




Porte-drapeaux Ce 14 juillet 2012, encore une fois depuis 1924, les très grands mutilés de guerre ont eu l'honneur de raviver la Flamme sous l'Arc de Triomphe à Paris.

Mais cette année, la Fondation des Mutilés et Invalides de Guerre et l'Association Nationale des Plus Grands Invalides de Guerre, héritières de la Fédération nationale des plus grands invalides de guerre, unies dans un même geste poussèrent le glaive pour élever la Flamme.

Les personnalités officielles suivantes nous ont fait l'honneur de nous accompagner :

Dépôt des gerbes de la FMIG et del'ANPGIG En outre, de nombreux présidents d'associations amies étaient également présents, et nous avions avec nous 24 élèves du collège La Providence de Montpellier et leurs accompagnateurs.

Comme chaque fois, le protocole était respecté, défilé sur les Champs-Élysées pour rejoindre la tombe sacrée ; les porteurs de gerbes, les drapeaux (avec à leur tête notre fidèle porte-drapeau André Féjoz), les fauteuils roulants, le conseil d'administration avec quelques officiels et tous nos invités.

Les gerbes ont été déposées par les élèves du collège et leurs cadres, le colonel Haffner accompagné de sa fille, le lieutenant-colonel Cloutier accompagné des deux jeunes de Vimy et pour conclure le président de la FMIG et celui de l'ANPGIG ensemble, accompagnés d'une veuve.

Le glaive était tenu par les deux présidents Jean-Claude Gouëllain et Raymond Casal, accompagnés de Charles Deygas, président du Comité de Montpellier, et de deux collégiens.

Plus de 40 drapeaux, 10 grands invalides en fauteuils roulants et une foule d'environ 200 personnes témoignaient leur hommage à nos morts.

Un détachement en armes de Vigipirate et la musique des pompiers de Paris rehaussaient par leur présence cette émouvante cérémonie ; un grand merci à tous les participants.

Ravivage de la Flamme

Le ravivage de la Flamme effectué par
le président de la Fondation,
le président de l'association
et le président du comité des PGIG de l'Héraut.

Signature du Livre d'or

Le président de la Fondation,
Jean-Claude Gouëllain
et le président de l'Association nationale, Raymond Casal,
signent le Livre d'or.


Nos hôtes collégiens

évoquent leurs souvenirs du 14 Juillet 2012


« Ce séjour a Paris a été une superbe réussite. Nous avons fait plusieurs rencontres et reussi à nouer des liens les uns avec les autres. j'ai beaucoup apprécié ce voyage, c'était une belle expérience à laquelle j’aimerais participer de nouveau un jour. je le conseille à tout le monde ! »
Sarah

« Lors du ravivage de la. flamme du soldat inconnu, j’étais vraiment très émue et heureuse. C'est pour cela que je remercie mes professeurs de m’avoir choisie et d’avoir fait de ce moment un souvenir inoubliable. »
Clara

Nos hôtes soua l'Arc de Triomphe de Paris
Emmanuel, porte-drapeau

« Un séjour qui n’en finit pas de nous émerveiller, la prise de conscience de l’importance des troupes armées de la Nation et de l’intérêt de leur rendre hommage (le défilé et l’entretien de la flamme). Une découverte presque magique de Paris vu depuis la Seine (Notre-Dame, la Tour Eiffel, etc.) et de notre Fête Nationale (feu d’artifice). Le ravivage de la flamme nous a permis de nous rapprocher encore plus près du lien armée –nation entre nous citoyens et l’État »
Emmanuel , Porte-drapeau

« Le voyage du 14 juillet m’a beaucoup marqué. Ce fut une expérience formidable et inoubliable. Nous avons vu le président de la République lors de la réception à l’hôtel de Brienne. Le lendemain, nous avons assisté au défilé ; c’était la première fois que j’y assistais ! La cérémonie du ravivage de la Flamme du Soldat Inconnu qui eut lieu en fin d’après-midi était émouvante et pleine de protocole.Néanmoins, ce fut la rencontre avec les pensionnaires de l’INI qui me marqua le plus : ces personnes sont justes exceptionelles !Ils m’apprirent que dans la vie, il faut avoir du courage, de la volonté et qu’il n’y a pas de problèmes, juste des solutions !Je remercie encore une fois toutes les personnes sans lesquelles le voyage n’aurait pas été possible. »
Inès


RETOUR À L'ACCUEIL DE L'ANPGIG